It seems that your navigator’s scripts are disabled. Some of your interactions with the website might not work. Please check the parameters of you navigator and reload the page.

ZEF

Un film documentaire sur Youcef Zenaf écrit et réalisé par Rayhane Chikhoun

8 190  EUR

committed on a goal of €8 000

  • 102%funded
  • PROJECT FUNDED ON THE 21 JUILL. 2020
  • 124supporters

 

 

Youcef Zenaf - dit "ZEF" - est mon héros. Star du full-contact, champion du monde indétrônable de sa génération, il a bercé les nuits de mon enfance à travers les récits de mon père. Héros déchu, un combat fatal le plongea 40 jours dans un coma dont il est sorti paralysé, brisé…

Aujourd’hui, Youcef Zenaf est mon ami. À 63 ans, le vieux coach entraîne des combattants dans une petite salle de boxe de Saint-Chamond.      

30 ans après son dernier combat, Zef va rencontrer pour la première fois Christian Battesti, le boxeur qui l'a rendu handicapé.

 

 

 

ZEF est un documentaire qui confronte le passé et le présent d’une légende de la boxe américaine : Youcef Zenaf.

Outre le récit mythique d’un sportif hors du commun, ce documentaire narre l’histoire de Youcef Zenaf, un vieux coach, qui malgré son infirmité, continue sans cesse d’avancer, de combattre et de transmettre des valeurs fortes comme l’humilité, le respect, et la résilience. À l’instar des grandes sagas fantastiques qui ont bercé mon enfance, ZEF tient du récit initiatique.

J’ai vu en l’ancien champion du monde, un personnage légendaire qui semble tout droit sortie des grands films de boxe et de super-héros. Ce regard singulier que je porte à Youcef va se traduire dans la narration et la mise en scène visuelle du film. Outre le passé et le présent de Zef, nous allons faire évoluer notre personnage à travers des scènes oniriques. Ces scènes purement fictionnelles, fortement esthétisées, et hors du temps, vont me permettre de convoquer mon imaginaire d’enfance en travaillant le symbolisme : l’élévation, la chute, la renaissance.

Après 4 ans de développement, ce projet est devenu pour moi un rêve sur le point de se réaliser. Ces années de travail, d’interviews, d’apprentissages et d’écriture m’ont permis de construire une narration et un parti pris artistique singulier qui tranchent radicalement avec les biopics classiques sur les boxeurs. C’est maintenant, grâce à votre soutien, que ce projet peut grandir.

Interview du réaliateur Rayhane Chikhoun qui nous parle de son projet ZEF :

 

 

 

Milieu des années 1970. Fils d’immigré algérien installé à Saint-Chamond, près de Saint-Etienne, Youcef Zenaf s’entraîne avec assiduité, poursuivant le rêve de devenir un grand champion de full-contact. Fuyant la crise qui frappe durement sa région, Youcef part tenter sa chance dans « l’arène parisienne ». Il est rapidement repéré par Dominique Valéra, le « King » des arts martiaux en France, qui va le prendre sous son aile et le former.

Après des mois d’entraînement au plus haut niveau, Youcef Zenaf remporte le titre de champion d’Europe de full-contact en 1982, puis devient champion du monde en 1984. Devenu une véritable icône dans le milieu, il représente également un héros pour les gamins du quartier où il a grandi : comparé à Bruce Lee, il incarne à leurs yeux la reconnaissance sociale et l’émancipation par l’effort et la détermination.

Sur le toit du monde, du haut de son impressionnant palmarès de 85 victoires pour 90 combats, l’invincible Zenaf est pourtant défié par un jeune challenger. Alors que les deux hommes se rendent coup pour coup, lors d’un match à l’issue imprévisible, Zenaf chute suite à l’enchaînement d’un uppercut et d’un crochet. Inanimé, le champion gît sur le ring. Battesti, le jeune challenger, explose de joie. Mais Youcef ne se relève pas.

Qui aurait su alors qu’il resterait plus de 40 jours dans le coma ?

Lorsqu’il se réveille amaigri, trachéotomisé et paralysé, Zenaf est brisé. Les médecins disent qu’il ne remarchera jamais. Alors qu’il songe un temps à renoncer à la vie, il trouve en lui les ressources pour se relever. Il s’engage dans un nouveau combat, plus acharné encore que les précédents : accepter son handicap et reprendre le contrôle de son corps.

Aujourd’hui, à 63 ans, marié et père de trois enfants, Youcef enseigne le full-contact dans une petite salle de boxe de Saint-Chamond. Localement, il devenu à la fois un modèle social par sa réussite à travers le sport, et un symbole de résilience pour son combat pour la vie.

En parallèle de ses activités Youcef s’attelle à de nouveaux projets dont la rédaction d’un ouvrage compilant ses techniques de boxe : « Le Full-Contact, de A à Zef ». Le vieux coach ne cesse de vivre sa passion en transmettant son savoir et son expérience aux élèves de son club de boxe. Toujours armé de sa gentillesse et de son humour légendaire, il espère pouvoir enseigner la boxe jusqu’à la fin de ses jours.

 

 

Pour cette première œuvre, je ne serai pas seul, puisque La Casquette Productions, une société basée à Saint-Etienne, m’accompagne pour concrétiser ce film en me donnant les moyens de répondre à mes ambitions esthétiques et narratives.

Le projet a également été soutenu et accompagné par :

  • Les Rencontres d’août aux États généraux du film documentaire de Lussas : sélection 2018
  • La SCAM (Société civile des auteurs multimédia) : bourse tutorat Brouillon d’un rêve
  • France 3 Région Auvergne-Rhône-Alpes : accompagnement et engagement à nos côtés dès le stade du développement et désormais en co-production

What are the funds for?

 

Aujourd’hui, si nous vous sollicitons, c'est que le financement actuellement réuni ne nous permet pas de réaliser le film que j'ambitionne. Une partie des scènes prévues ne pourrait être tournée, faute de moyens suffisants. J'aimerais en effet pouvoir organiser un tournage de 3 jours, à Paris, au mois de septembre 2020.

Pour que ces scènes puissent être réalisables, nous avons besoin de réunir les fonds pour :

  • Louer le matériel pour un rendu cinématographique (caméra, son, machinerie) : 3 500 €
  • Rémunérer les artistes / techniciens durant ces 3 jours de tournage : 2 400 €
  • Déplacer, nourrir et loger l’équipe technique, Zef et moi-même jusqu’à Paris : 2 100€

Lors de ce tournage à Paris, nous aurons la chance de filmer, entre autres, monsieur Hammachi Abbas à l’entraînement dans une salle de boxe d’Ivry-sur-Seine. Hammachi Abbas, dit « Monsieur » Abbas est un entraîneur de boxe anglaise parisien. Il enseigne la boxe depuis 1969. Plusieurs dizaines de champions sont passés entre ses mains, dont pas moins de six champions du monde professionnels. Zef fait partie des grands boxeurs qui ont été formés par « Monsieur » Abbas. À la fois entraîneur, soigneur et ami, il a contribué à l’ascension fulgurante de Zef, de ses débuts jusqu’à son dernier combat. Abbas a toujours été derrière les coins du ring lorsque Zef combattait. Il nous parlera la préparation physique de Youcef, de son évolution pugilistique et commentera les combats qu’il a menés durant toute sa carrière professionnelle jusqu’à l’affrontement final avec Christian Battesti.

Nous aurons également l’opportunité de rencontrer et interviewer Aïcha, la sœur de Youcef, qui vit dans une petite banlieue HLM de Cergy-Pontoise. Aïcha a été la première personne de la famille à apprendre l’accident de son frère en 1987. Après le choc de la découverte, elle s’est occupée de Zef au quotidien durant ses mois d’hospitalisations. Aïcha a été le témoin direct de la dégradation physique et sociale de son frère pendant le coma. Seuls quelques vrais amis étaient présents dans la chambre d’hôpital pour soutenir le boxeur brisé.

Ces séquences sont essentielles à mes yeux pour la narration du film, et j'espère que vous accepterez de nous aider à rendre possible leur tournage !

Merci infiniment !

 

About the project owner

Rayhane Chikhoun - Réalisateur


Passionné par les films de genre et les univers fantastiques, j’écris et je réalise des courts-métrages de fiction depuis mon adolescence. À 23 ans, ZEF est mon premier film documentaire.
 

 

Rayhane Chikhoun est un jeune réalisateur, photographe, et diplômé d’un master en sociologie à l’université de Saint-Etienne. Né en 1996, Rayhane travaille depuis 2015 comme technicien à la cinémathèque de Saint-Etienne. Depuis 2016, il anime chaque année en Algérie des stages d’éducation à l’image auprès de jeunes Algériens dans le cadre du festival Ciné +. En parallèle de ces études, il est également appelé à l’université pour former des étudiants de Master au montage vidéo. Membre actif de plusieurs associations de cinéastes entre Saint-Etienne et Lyon, Rayhane écrit et réalise des courts-métrages de fiction, des clips, et des projets transmédias.


Il articule son travail autour de trois champs : la création, la recherche, et le recueil des mémoires.